En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Internet responsable

Tous les articles (18)
  • #arcel'g@me

    Catégories :  Serious Game
    Par Adminbis Laperouse, publié le mardi 27 septembre 2016 11:46 - Mis à jour le mardi 27 septembre 2016 11:48
  • Pourquoi interdire FaceBook au moins de 13 ans ?

    Catégories :  formation
    Par admin laperouse, publié le lundi 28 septembre 2015 14:09 - Mis à jour le mardi 29 septembre 2015 15:18

  • La cyber-criminalité et ses sanctions

    Catégories :  poldap
    Par Adminbis Laperouse, publié le mardi 21 janvier 2014 16:43 - Mis à jour le mardi 29 septembre 2015 14:35

    LE TELECHARGEMENT ILLEGAL

    L'une des mission de la Haute Autorité HADOPI concerne le téléchargement illégal.

    Le dispositif issu des lois Hadopi prévoit en effet une graduation dans les mesures prises à l'encontre des internautes.

    1 - En cas de téléchargement illégal, l'Hadopi est chargée d'avertir les internautes par le biais d'un premier email d'avertissement. Il est envoyé à l'adresse choisie par l'utilisateur lors de la souscription de son abonnement à Internet.

    2 - En cas de récidive dans les 6 mois à compter de l'envoi du premier mail, un nouveau courrier électronique est envoyé à l'utilisateur. Il s'accompagne alors d'une lettre envoyée en recommandé à son domicile.

    3 - Si le contrevenant se trouve à nouveau en état de récidive dans le délai d'un an, la Commission de protection des droits l'informera des risques de poursuites pénales à son encontre, par l'envoi d'une nouvelle lettre en recommandé. Elle pourra éventuellement décider de saisir la justice en lui transmettant le dossier.

    En théorie, Le téléchargement illégal d'une oeuvre protégée constitue un délit de contrefaçon qui est sanctionné par une peine allant jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende.

    LE CYBER-HARCELEMENT

    Qu'est-ce que c'est ?

    Il s'agit  soumettre une personne à des humiliations ou à des intimidations répétées, ou de porter atteinte de façon répétée à sa vie privée au moyen de médias numériques (réseaux sociaux, blogs,messageries électroniques,...)

    Des exemples de cyber-harcèlement

    • L’auteur de violence publie des commentaires insultants ou des rumeurs sur le « mur » de la victime
    • L’auteur de violence publie une photo humiliante, parfois truquée, sur son mur ou directement sur celui de la victime, et incite ses contacts à écrire des commentaires désobligeants
    • L’auteur de violence crée un faux compte en usurpant le nom de la victime et publie des contenus inappropriés en son nom (pornographie, racisme, insultes...)
    • L’auteur de violence pirate le compte de la victime et publie des contenus inappropriés en son nom (pornographie, racisme, insultes)
    • L’auteur de violence agresse physiquement la victime, enregistre la vidéo et la publie sur un réseau social
    • L’auteur de violence crée une page pour humilier un ou plusieurs élèves à travers la publication de commentaires ou photos désagréables
    • L’auteur de violence publie des messages privés à la victime en la dévalorisant, la menaçant, lui faisant du chantage, pour la forcer à dire ou à faire ce qu’elle ne souhaite pas

     Source : GUIDE DE PRÉVENTION DE LA CYBERVIOLENCE ENTRE ÉLÈVES, Ministère de l'éducation nationale.

    Qu'est-ce qu'on risque ?

    Le cyber-harcèlement est  passible d’une peine maximale de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende. En cas de cyber-harcèlement scolaire, un amendement portait ces peines à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d’amende en cas où l’infraction serait commise sur un mineur de quinze ans, à l’encontre d’un enseignant, sur une personne vulnérable, etc.

    LES INSULTES

    Si une personne est visée par des propos illicites, elle doit déposer plainte au commissariat ou envoyer un courrier au procureur de la République, qui déclenchera les poursuites s'il le juge opportun. Ce dernier peut requérir auprès de l'hébergeur la communication de toute information figurant sur le site, y compris une adresse IP. L'hébergeur ne peut s'y opposer sous peine d'être sanctionné. Un magistrat peut ordonner à des tiers (twitter, Facebook, et autres réseaux sociaux) de produire tous les éléments de preuve qu'ils détiennent et notamment les données personnelles d'un utilisateur. Les réseaux sociaux peuvent également être amenés à communiquer des données aux services de la police judiciaire à la demande de la Befti (brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information). Une injure ou une diffamation peut être punie d'une amende de 12.000€.

    L'USURPATION D'IDENTITE

    Elle peut être punie d'un an d'emprisonnement et de 15.000€ d'amende.

    LA DIFFUSION DE CONTENU A CARACTERE PORNOGRAPHIQUE D'UN MINEUR

    Elle est passible de 5 ans d'emprisonnement et de 75.000€ d'amende

     

  • Web Averti

    Catégories :  lien
    Par poldap albi, publié le vendredi 13 décembre 2013 16:46 - Mis à jour le vendredi 25 septembre 2015 10:57
  • Recommandations facebook

    Catégories :  poldap
    Par SYLVIE PHALIPPOU, publié le jeudi 12 décembre 2013 14:19 - Mis à jour le jeudi 24 septembre 2015 16:58

    Ce qui est interdit :

    Mentir sur son identité est une violation des conditions d'utilisation de Facebbook

    Il est interdit au mineurs de moins de 13 ans d'avoir un compte facebook

    Il est interdit de harceler

    Il est interdit de charger du contenu illégal : pornographie, oeuvres protégées, propos haineux ou racistes,  mise en danger d'autrui ou transgression de loi.

    La sanction : Désactivation du compte Facebook

    Ce que nous déconseillons :

    Ne mettez jamais sur Facebook des informations ou documents dont vous pourriez avoir honte ou que vous ne voulez pas communiquer.

    Pour commencer sur Facebook on vous demandrera :

    Prénom

    Nom de famille

    adresse électronique

    mot de passe

    Date de naissance

    Homme ou femme

    Avec ces seules informations vous pouvez utiliser un compte facebook, inutile de compléter votre profil à 100% et peut être de publier des informations que vous ne voulez pas rendre publiques.

    Les accès aux informations que vous publiez

    On peut configurer l'accès aux informations que l'on publie, soit de façon générale, soit en fonction de chaque publication.

    Moi seulement : seule la personne ayant l'identifiant et le mot de passe de la connexion facebook à accès aux information quelle publie

    Mes amis : seules les personnes que vous autorisez à accéder aux informations peuvent les voir

    Mes amis et leur amis : les personnes que vous autorisez et leurs amis peuvent voir vos publications. Attention des personnes que vous n'autorisez pas à voir vos informations peuvent y avoir accès s'ils s'agit des amis de mes amis qui ne sont pas forcément mes amis.

    Tout le monde : Toute personne peut accéder aux informations que vous publier

    Personnaliser : Vous pouvez choisir les personnes qui ont accès soit de façon individuelle soit par biais de groupe que vous créez

Trier par
Catégories
Auteurs